en English

COVID-19, the rise of political violence and the impact on LGBTI+ communities in West Africa / COVID-19, la montée des violence politiques et l’impact sur les communautés LGBTQI+ en Afrique de l’Ouest

For several years, and increasingly so in recent years, there has been a growing politicization of religion(s) and a hijacking of social concepts such as the family, traditional values as well as gender and sexuality within local, regional and international arenas. Such spaces are being increasingly occupied by anti-rights organizations and coalitions of religious groups who promote messages based on conservative, static and abusive notions of traditions, the family, culture as well as gender and sexuality.

 

Furthermore, 2020 has been a year of increasing tensions and divisions. We have seen growing public demonstrations against patriarchal, capitalist economic systems, exacerbated by the COVID-19 pandemic. The current crisis has, in some countries, been used to justify increased police violence and wide state-led repression. Further, the pandemic has been used as a tool to enhance divisions amongst global populations, with the sexual and gender minority community (again) targeted as the reason for the spread of the virus around the world. We have seen homophobic and transphobic faith-based rhetoric being spread in all parts of the world and amongst various faith traditions. Anti-rights messaging has also been deployed by some political leaders, demonstrating the extent to which, in some contexts, fundamentalist religious groups are entangled with political power.

 

The LGBTI[1] community has thus been particularly impacted by increased violence and discrimination. We have seen many LGBTI people increasingly excluded from public spaces, controlled and arrested by police forces, scapegoated for the health crisis, forced to shelter with abusive relatives , unable to access work (including for sex workers), health services (including for trans people), and food. The responses by local – political and religious – authorities have often ignored these realities.

 

This was the case, for example, in Senegal last month, with the arrest of 25 people who were simply gathering at home, like any other young people of their age. The police raided the party venue at 2:00 a.m. for no specific motive. Ties between the government and fundamentalist religious groups have been revealed, including with the Islamist NGO called Jamra. This NGO, in agreement with the government, has as its main target the LGBTI community.

 

This is not new. Attacks on LGBTI people across the continent have been increasing in recent years as political leaders have been demonizing any progressive measures on gender and sexuality, including Comprehensive Sexuality Education seen as undermining African Traditional Values, Culture and Family. This is supported by foreign fundamentalist groups who pour resources into lobbying and events such as the World Congress of Families which took place in October 2019, in Accra, Ghana, seeking to gather parliamentarians and religious leaders around the common agenda of attacking women’s and LGBTI rights[1].

 

Moreover, police violence keeps worsening on a daily basis. Recent protests in Nigeria have resulted in 38 deaths killed by the army. 10,000 #EndSARS demonstrators, mostly young people, who have come out to protest the brutality of the police, including through SARS, an elite corps in the police notorious for brutality and extrajudicial murders, and the bad governance of the rulers.

 

 

 

We are extremely concerned by the situation in West Africa: recent persecution, arbitrary arrest, detention and mistreatment of individuals, including the LGBTI community must come to an end. We, civil society and faith-based actors, in collaboration with international institutions, believe that what has worsened the situation even more is that human rights NGOs have even sometimes aligned themselves with conservative groups and NGOs. We condemn these facts and reassert that it is important to be more in solidarity and that even if extremists separate us, our faith in God and our commitment to freedom and sexual diversity unites us. Sexual minorities are affected on several fronts: the fear of speaking out about their rights but also the lack of access to their basic survival needs during this period.

 

Attitudes towards minority groups including LGBTI people may vary from country to country but human rights standards are invariable. International law is clear: all people, without exception, are entitled to protection of their human rights. Every individual is entitled to the protection of their human rights including those on liberty, fair trial, integrity, privacy, dignity, equality before the law, non-discrimination and the absolute prohibition on torture and other cruel, inhuman and degrading treatment or punishment.

 

Moreover, African traditions have always, throughout History, observed the formation of diverse families and communities. And they all are grounded in one central value: the respect of each individual as part of the whole. Our sacred texts affirm the goodness and intrinsic value of all of creation. We believe that all faith traditions are deeply respectful of all human beings irrespective of their gender, sexuality, faith, ethnicity or socio-economic status. All human beings without exception are created in the image and likeness of God. The diversity inherent in all of creation is also expressed in humanity as evident in our unique DNA, gifts and fingerprints.

[1] Lesbian, gay, bisexual, transgender and intersex (LGBTI)

 

Signatories

 

Anwar, Ogrm

Ishmael Bahati, PEMA Kenya

Rev. Kakay Pamaran, Center for Gender and Sexuality of Union Theological Seminary, Philippines

Toni Kruger-Ayebazibwe, GIN-SSOGIE

Simon Petitjean, GIN-SSOGIE

Oumaima Dermoumi, GIN-SSOGIE and Nassawiyat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VERSION FRANCAISE

 

Depuis plusieurs années, et de plus en plus ces dernières années, on assiste à une politisation croissante de la religion et à un détournement de concepts sociaux tels que la famille, les valeurs traditionnelles ainsi que le genre et la sexualité, au niveau local, régional et international. L’espace social et politique est de plus en plus occupé par des coalitions de groupes religieux qui promeuvent des messages basés sur des notions conservatrices, statiques et abusives des traditions, de la famille, de la culture ainsi que du genre et de la sexualité.

 

En outre, 2020 a été une année de tensions et de divisions croissantes. Nous avons assisté à une augmentation des manifestations contre les systèmes économiques patriarcaux et capitalistes, exacerbée par la pandémie du COVID-19. Dans certains pays, la crise sanitaire actuelle a été utilisée pour justifier des violences policières accrues et une forte répression menée par l’État. En outre, la pandémie semble avoir servi, dans certains cas, à renforcer les divisions au sein des populations mondiales, y compris des communautés de minorités sexuelles et de genre, elle mêmes (à nouveau) ciblées comme raison de la propagation du virus à travers le monde. Nous avons vu une rhétorique homophobe et transphobe, fondée sur un argumentaire religieux, répandu dans toutes les régions du monde et parmi les différentes traditions religieuses. Ces messages ont également été diffusés par certains dirigeants politiques, ce qui montre à quel point, dans certains contextes, les groupes religieux fondamentalistes sont liés au pouvoir politique.

 

La communauté LGBTI a été particulièrement touchée par l’augmentation des violence et discriminations. Nous avons vu de nombreuses personnes LGBTI être de plus en plus exclues des espaces publics, contrôlées et arrêtées par les forces de police, prises comme boucs émissaires pour la crise sanitaire, forcées de vivre dans des familles abusives, incapables d’accéder au travail (y compris pour les travailleurs du sexe), aux services de santé (y compris pour les personnes trans) et à la nourriture. Les réponses des autorités locales – politiques et religieuses – ont souvent ignoré ces réalités.

 

Ce fut le cas, par exemple, au Sénégal récemment avec l’arrestation de 25 personnes qui se rassemblaient simplement chez elles, comme n’importe quel autre jeune de leur âge. La police a fait une descente sur le lieu de la fête à 2 heures du matin sans motif précis. Des liens entre le gouvernement et des groupes religieux fondamentalistes ont été révélés, notamment avec l’ONG islamiste Jamra. Cette ONG, en accord avec le gouvernement, a pour cible principale la communauté LGBTI.

 

Cela n’est pas nouveau. Les attaques contre les personnes LGBTI à travers le continent se sont multipliées ces dernières années, les dirigeants politiques diabolisant toute mesure progressiste en matière de genre et de sexualité, y compris l’éducation sexuelle considérée comme une atteinte aux valeurs traditionnelles, à la culture et à la famille africaine. Cette situation est soutenue par des groupes fondamentalistes étrangers qui financent des événements tels que le congrès mondial des familles qui a eu lieu en octobre 2019 à Accra, au Ghana, et qui cherche à rassembler des parlementaires et des chefs religieux autour d’un programme commun d’attaque des droits des femmes et LGBTI.

 

De manière plus générale, la violence policière ne cesse de s’aggraver au quotidien. Les récentes manifestations au Nigeria ont fait 38 morts dans l’armée. 10 000 manifestants, pour la plupart des jeunes, sont venus protester contre la brutalité de la police, notamment contre le SRAS, un corps d’élite de la police connu pour sa brutalité et ses meurtres extrajudiciaires, et contre la mauvaise gouvernance des dirigeants.

 

 

 

Nous sommes extrêmement préoccupés par la situation en Afrique de l’Ouest : les récentes persécutions, arrestations arbitraires, détentions et mauvais traitements infligés à des personnes, y compris à la communauté LGBTI, doivent cesser. Nous, société civile et acteurs religieux pensons que ce qui a aggravé la situation, c’est que les ONG de défense des droits de l’homme se sont même parfois alignées avec les groupes conservateurs. Nous condamnons ces faits et réaffirmons qu’il est important d’être plus solidaire et que même si les extrémistes nous séparent, notre foi en Dieu et notre engagement en faveur de la liberté et de la diversité sexuelle nous unissent. Les minorités sexuelles sont touchées sur plusieurs fronts : la peur de parler de leurs droits mais aussi le manque d’accès à leurs besoins de survie de base pendant cette période.

 

Les attitudes envers les groupes minoritaires, y compris les personnes LGBTI, peuvent varier d’un pays à l’autre, mais les normes en matière de droits de l’homme sont invariables. Le droit international est clair : toutes les personnes, sans exception, ont droit à la protection de leurs droits fondamentaux. Chaque individu a droit à la protection de ses droits humains, notamment en matière de liberté, de procès équitable, d’intégrité, de vie privée, de dignité, d’égalité devant la loi, de non-discrimination et d’interdiction absolue de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants.

 

En outre, les traditions africaines ont toujours, tout au long de l’histoire, observé la formation de familles et de communautés diverses. Et elles sont toutes fondées sur une valeur centrale : le respect de chaque individu en tant que partie intégrante de l’ensemble. Nos textes sacrés affirment la bonté et la valeur intrinsèque de toute la création. Nous croyons que toutes les traditions religieuses sont profondément respectueuses de tous les êtres humains, indépendamment de leur sexe, de leur sexualité, de leur foi, de leur appartenance ethnique ou de leur statut socio-économique. Tous les êtres humains, sans exception, sont créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. La diversité inhérente à toute la création s’exprime également dans l’humanité, comme en témoigne notre ADN, nos dons et nos empreintes digitales uniques.

 

Signataires

 

Anwar, Ogrm

Ishmael Bahati, PEMA Kenya

Rev. Kakay Pamaran, Center for Gender and Sexuality of Union Theological Seminary, Philippines

Toni Kruger-Ayebazibwe, GIN-SSOGIE

Simon Petitjean, GIN-SSOGIE

Oumaima Dermoumi, GIN-SSOGIE et Nassawiyat

 

 

[1] See more here: https://www.opendemocracy.net/en/5050/american-led-pro-family-summit-in-ghana-condemned-for-shocking-white-supremacist-islamophobic-links/